Entreprises de taille intermédiaire – ETI

Cotées ou non, les ETI sont contrôlées le plus souvent par un nombre limité d’actionnaires identifiés, dont les attentes en matière de stratégie et  de performance sont plus faciles à identifier que dans le cas des grandes sociétés véritablement anonymes, à actionnariat très diversifié.

De même, la capacité de leurs actionnaires à mettre en place des structures de pilotage et de contrôle assurant la réalisation de leurs objectifs est plus développée.

Les besoins des ETI en matière de gouvernance sont orientés vers l’efficacité plus que vers le respect de recommandations formelles, dont la lourdeur leur semble souvent dissuasive.

Ce sont donc les valeurs sous-jacentes aux principes de gouvernance qu’il convient de les aider à appréhender et à transposer, en inventant les formes qui leur sont le mieux adaptées, dans une démarche progressive, éventuellement informelle.

Mais les composants resteront inchangés : ouverture à des administrateurs indépendants, organisation du conseil, importance de la réflexion stratégique, encadrement des dirigeants, attention particulière aux risques, …

 Exemples de missions

  • diagnostic de gouvernance au profit du Président, du Conseil ou des Actionnaires
  • analyse des référentiels et benchmarking
  • évaluation du fonctionnement et des pratiques du Conseil d’Administration; recommandations et restitutions adaptées
  • conception et mise en place de structures de gouvernance adaptées à la culture, à la maturité et à la dimension des entreprises
  • organisation des délégations de pouvoir
  • rédaction du Règlement Intérieur du Conseil et de comités
  • formation d’accompagnement d’administrateurs, et organisation de programmes d’intégration.

Nos publications

  • Gouvernance : ce que l’Europe nous prépare

    Par Pascal Durand-Barthez – juin 2021

    Il se passe peu de temps sans que des réformes législatives ou réglementaires ne viennent modifier le cadre de la gouvernance d’entreprise. Après les changements substantiels apportés par les lois Macron (2015), Sapin II (2016) et PACTE (2019), le législateur français s’est surtout préoccupé des conséquences de la pandémie Covid 19 sur le fonctionnement des organes de gouvernance. Mais l’heure va revenir bientôt de nouvelles réformes dans une perspective de long terme. Et elles vont venir de l’Europe.

    Lire la suite
  • Confidentialité, discrétion, secret

    Par Pascal Durand-Barthez – avril 2021

    Tout administrateur qui se respecte se sait lié par une obligation de confidentialité. En la matière, l’engagement contractuel est peut-être la meilleure protection pour la société.

    Lire la suite

  • Il n’y a pas que la « raison d’être » dans la loi PACTE

    Par Pascal Durand-Barthez –  Juin 2019

    En quoi la loi PACTE, promulguée le 23 mai après 18 mois de débat, va-t-elle changer la vie des conseils d’administration ?

    Lire la suite